mardi, mai 10, 2005

Version française de "Roger au mois de mai" pour Julie

Adaptation française de Roger au mois de mai (pour Julie) C'est avec humour, Julie ! Ce texte a été écrit pour le collectif Coïtus Impromptus, un collectif d'écriture.

Didier a vu passer les hirondelles du printemps, comme elles sont jolies ! Il s’est mis à rêver à un parking rempli d'auto ruisselantes, de berlines qui s’envolent comme les hirondelles, et il se rappelle de la chanson de Johnny Halliday, Alabama Arizona Nevada Rouler vers l'ouest High-way 40 Texas city Route 66 Rouler vers l'ouest Ouais rouler vers l'ouest à l’époque de son premier baiser, échangé dans une Renaud 5 un peu rouillée.

Il a sorti son boyau d'arrosage, a sifflé la voisine d’en face, lavé son T-shirt Mickey Mouse, sorti son CD de Johnny Halliday, l’été embaume déjà pour Didier.

Un tour chez le garagiste pour renouveler ses enjoliveurs de roue, pour un changement d’huile, il achète une jardinière de fleurs pour son jardin, et une pour la véranda qui a été repeinte l’été dernier. Avec Sandrine à ses côtés.

L’an dernier, pareille routine. Didier l’avait presque oublié. L’odeur du lilas lui rappelle qu’un matin de mai, Sandrine est partie avec son ami Philippe-André.

Le nez dans le niveau d’huile, Didier n'arrête pas de pleurnicher. Derrière le capot, la voisine ne peut l’apercevoir; il a le cœur gros comme une caisse, elle voulait partir, c’était évident comme une bagnole amerloque dans une ruelle. Aujourd’hui, il s’ennuie d’elle.

Dans l’auto bien cirée, Didier écoute Johnny, et recommence à pleurnicher. L’été n’a plus le même goût que par le passé. « Ferme-la, Johnny! »

Pendant ce temps, la voisine, étendue sur la pelouse, se fait bronzer, vêtue de son nouveau maillot à fleurs.

Roger aimerait offrir à sa voisine du lilas du printemps dernier.

***
Note à Julie : oui, je suis toujours à Montréal; j'essaie de reconstituer le puzzle de mes voyages au Mexique en vue de dresser un carnet. C'est très éparpillé sur mon blog ! Pour le moment, je n'ai pas le temps de faire un ménage et d'ouvrir un autre blog qui mettrait de l'ordre dans tout ça ! Alors, désolée Julie, j'avoue que c'est mêlant !

2:

At 9:28 a.m., Blogger julie70 said...

ok, ne t'en préoccupe pas : bonne voyage surtout et immagasine en toi autant des souvenirs et impressions que possible, tu auras le temps de les trier plus tard, quand il se décanteront, même si noter quelques impressions sur le champs sur un papier aide

 
At 3:54 a.m., Blogger julie70 said...

Merci beaucoup pour la traduction encore une fois et surtout, d'avoir parlé de moi : tu m'as apporté ainsi de nouvelles lectrice et un blog passionant à lire aussi.

 

Publier un commentaire

<< Home