lundi, avril 25, 2005

Un peu de pragmatisme

Au réveil, l'horreur de mon blogue "Caramels, bonbons et chocolats" m'est revenu à la mémoire.

Vous savez, tous ces blogs sur la carotte biologique, la culture des fleurs, les "je" nostaliques, ça pleut. J'en suis à mon deuxième café, j'ai l'esprit plus clair et je me dis : pourquoi un blogue n'aurait-il pas une fonction didactique ? Je m'accuse moi-même, la M.A. littérature s'abaisse en propos de la populace. Je ne suis pas snobinarde pour deux sous, sinon, je n'enseignerais pas au secondaire.

Les médias ne cessent de nous casser les oreilles avec l'alimentation; pourtant, à l'école, aucune éducation n'est dispensée à ce chapitre. J'ai proposé un parascolaire sur la chose, un suivi diététique, résultats : deux inscriptions et, croyez-le ou non, deux garçons... Les garçons veulent faire preuve d'une grande performance sportive et, évidemment, l'obésité est un handicap. Enfin, j'ai reporté mon activité à l'automne et j'espère que le nombre d'inscriptions sera plus élevé. Et que j'aurai maigri. Il faut bien prêcher par l'exemple.

Vu l'ampleur des dégâts de l'obésité, dès l'automne, j'espère qu'apparaîtra à l'horaire des élèves un cours sur l'hygiène de vie, tant physique que psychologique. Les jeunes vivent un stress incroyable. Jamais de détente, jamais de temps de repos, toujours en chats, en sports, en étude, en jeux vidéo, en compétition, en performance. Ils courent ils courent déjà autant que nous. Et en plus, ils sont de plus en plus gros, c'est la réalité, c'est donc essouflant de courir. Je parcours ma liste d'élèves de mon groupe titulaire, et sur ces 32 élèves, au moins 10 d'entre eux sont affligés par l'obésité, et je ne parle pas de gentils petits bourrelets. Et pas seulement que les filles... C'est donc le tiers de la population de ma classe.

Je ne vous apprends rien, mais je confirme ce qu'on entend. Et pourtant, ils en souffrent, mais tous les midis, ils se donnent rendez-vous à la pizzéria la plus proche et au maudit nouveau McDo de la place Versailles. On n'avait pas besoin de ça.

Certaines difficultés se posent chez les adolescents : ils ne sont pas maîtres de ce qu'ils mangent. Leurs parents sont-ils prêts à acheter les aliments que leurs enfants leur demanderont ? Faudra penser à une lettre explicative et demander leur collaboration.

De plus, ils sont sans le sou : on mange pour 5 $ au McDo.

Enfin, ils ont besoin d'énergie : la salade de thon ne suffit pas. Par ailleurs, la cafétéria de l'école est tout à fait inadéquate. Pas de potage de légumes ou aux lentilles en entrée, par exemple, ce qui me semble un incontournable.

Jusqu'à maintenant, je me pose d'ores et déjà cette question : toute cette argumentation autour de la santé est-elle une rationalisation d'un autre malaise ? Mais j'ai été bien malheureuse, à 15 ans, de cacher mes bourrelets et de laisser aux "minces" le plaisir de séduire et d'être bien dans leur peau, problème que j'ai réglé dans la vingtaine. Mais le combat contre quelques kilos durera toute ma vie.

1:

At 10:14 a.m., Blogger julie70 said...

Et moi, j'étais trop maigre, même quand je mangais je n'arrivais pas à mettre quelque chose sur moi.

Et maintenant... n'en parlons plus, c'est l'inverse.

 

Publier un commentaire

<< Home