vendredi, avril 22, 2005

Mythe de Pygmalion

Ces derniers jours, j'ai tourné autour de cette anecdote universitaire. L'anecdote en soi est sans importance. Ce qui m'importe, c'est cette mise au monde par l'homme, bien ancrée dans l'imaginaire féminin.

Enfant, je l'ai constaté dans l'imaginaire de ma soeur et de ma mère. Le film My fair Lady reprend ce fameux mythe. Dans les années 90, le thème est repris dans Pretty Woman. Preuve que le mythe tient encore la route.

Avis à ceux qui lisent ce commentaire : je suis convaincue que ce mythe est profondément ancré dans l'inconscient féminin, et je n'ai pas trouvé d'ouvrages qui abordent le sujet. Je serais donc bien heureuse de trouver un titre qui puisse répondre à cette question.

Que se passe-t-il dans l'inconscient féminin pour que ce mythe revête tant d'importance? Pourquoi persiste-t-il après 30 ans de féminisme ? Les structures imaginaires ne changent pas en une génération, et les sources m'interpellent.

Qu'on pense aux femmes d'envergure derrière qui se cache un homme : Georges Sand; Camille Claudel; Simone de Beauvoir; Denise Bombardier; Lise Payette; Brigitte Bardot; Marilyn Monroe; Françoise Xenakis... À la lecture de ces noms, il y a bien un homme qui vous vienne à l'esprit. Vous n'aurez peine à allonger la liste. Est-ce que derrière chaque grande femme se cacherait un homme ? Ou, de façon plus pertinente : la femme a-t-elle besoin d'un homme pour exister ?

8:

At 10:52 a.m., Blogger julie70 said...

Je ne peux pas répondre à ta question, mais un romancier a utilisé ce thème en le renversant, et cela a donné un roman bien rigolo mais très bien écrit.

Lui, attrappait des souris, pour vivre. Elle, vieill fille, enseignait des langues.

Ivory, le nom de l'auteur si cela t'interesse, écrit en anglais.

 
At 1:38 p.m., Blogger Marie-Chantal said...

Je retiens ce nom. Ça m'amusera sans doute. Merci :)

 
At 3:18 p.m., Anonymous Anonyme said...

:o) Ou faut- il une femme d'exeption en faire valoir d'un homme?
Caféine

 
At 4:58 a.m., Anonymous bluejuliette said...

tres franchement et serieusement, et pour les femmes que tu cites, je penses aussi que pour "rendre celebre" une femme d'exception, pendant des annees, il a fallu un homme. pour rendre une femme exceptionnelle je ne pense pas qu'on ait besoin de ca. pour la faire survivre dans une societe comme la notre, et je parle d'aujourd'hui encore, il faut un homme. ou une autre femme (yourcenar ?). un amour. une force.
nous avons encore peu le droit d'etre originales sans etre etiquetees etranges et hysteriques, on nous dit encore peu creatives par rapport aux hommes, ca s'entend souvent. je sais que ca change mais...
et l'inverse est souvent vrai aussi, le besoin d'une femme est la pour les hommes qui creent. peut-etre fait-on moins de publicite sur ce sujet. la femme est passive, encore et toujours, dans le sexe comme dans la vie quotidienne (je parle d'imaginaire :) ).
je veux bien croire au mythe dont tu parles meme s'il m'est etranger (naissance de parents trop "differents" et troisieme generation de femmes qui se battent pour une liberte d'etre et de penser - a force on reussit a changer quelques imaginaires...).
bref, je reponds : non le mythe n'est pas vivace chez tout le monde (ta mere et toi ne creez pas un echantillon culturel "independant et representatif" ;) ).
bonne journee...

 
At 6:05 a.m., Blogger Marie-Chantal said...

Caféine : c'est ce qu'on dit des hommes politiques.

Bluejuliette : Merci pour ta réponse. Dans l'échantillon, il n'y a cependant pas que ma mère et moi. Peut-être est-ce une autre question que celle de Pygmalion. L'amour, le désir, l'attirance, ne seraient-ils pas plutôt le déplacement du désir de notre propre réalisation sur l'Autre ? Finalement, l'Autre est-il l'incarnation de ce que l'on voudrait être ?

Si la femme est encore passive, que se passe-t-il alors dans l'inconscient ?

Est-ce une forme d'amour, cette projection du "je" sur l'Autre ? Une mise en évidence ?

 
At 6:12 a.m., Blogger Marie-Chantal said...

Julie : J'ai un autre commentaire pour toi.

Y a de plus en plus de jeunes hommes qui cherchent à se faire "pygamalioniser", ce qu'on appelait autrefois les "gigolos", mais ce n'était pas pour dépendre seulement. Y a de grandes femmes qui fascinent les hommes (Marguerite Duras et Steiner, Geroges Sand et Chopin) et qui voudraient leur ressembler. Je pense aux femmes initiatrices.

Ce qui est fascinant, c'est que la fibre créatrice est projetée sur l'autre personne.

Chez les homosexuels et les lesbiennes, j'oserais dire que ça se voit souvent...

Enfin, le livre dont tu parles a l'air d'une très belle caricature :)

 
At 2:51 p.m., Blogger dr julius rosenburger said...

N'est-ce pas l'idée de se faire vivre, plus que celle de trouver l'âme mâle?
À la rigueur, que le mec soit absent ne dérangerait pas trop, l'idée étant qu'on sorte la femme de sa vie platte ou difficile...

(Mais elles oublient qu'on peut sortir la fille du platte, mais pas sortir le platte de la fille, n'est-ce pas?)

JR

 
At 6:39 p.m., Blogger Marie-Chantal said...

Merci de votre commentaire, Julius. Cependant, il y a une très grande différence entre chercher un homme pour sortir de sa vie plate et cet enchantement... que je n'ose appeler "coup de foudre", pourtant toutes obnubilées que nous sommes devant certains hommes. Aucun rapport avec un homme qui nous ferait vivre !!!!! Yeuuuuurk ! Ça, je vous dirais, Julius, que ce n'est pas difficile à trouver !! N'importe quel dépendant affectif va comme un gant... Tant pis s'il est plate lui-même !

Le plate de la fille ? Serais-je plate en cherchant Pygmalion ? Parce que moi-même je ne suis pas intéressante ? Ben, peut-être tiens coudonc, je vas y penser...

 

Publier un commentaire

<< Home