vendredi, septembre 02, 2005

Aux personnes que nous avons croisées à New Orleans...

... espérant qu'elles soient en lieux sûrs.

Sur Bourbon St., le 14 août dernier, j'écoutais l'interprétation de cette chanson dans un bar sympathique, l'une des plus belles chansons de l'histoire de l'Humanité. Et je versais des larmes, puisqu'elle dit tant de la Vie. Elle disait ce soir-là encore plus que je ne l'imaginais. Je l'offre aux gens de La Nouvelle-Orléans, qui ne sont sûrement pas en mesure de me lire, mais en pensant très fort à ce qu'on leur vienne en secours.

WHAT A WONDERFUL WORLD
(George Weiss / Bob Thiele) - Louis Armstrong

I see trees of green, red roses too
I see them bloom for me and you
And I think to myself, what a wonderful world

I see skies of blue and clouds of white
The bright blessed day, the dark sacred night
And I think to myself, what a wonderful world

The colours of the rainbow, so pretty in the sky
Are also on the faces of people going by
I see friends shakin' hands, sayin' "How do you do?"
They're really saying "I love you"

I hear babies cryin', I watch them grow
They'll learn much more than I'll ever know
And I think to myself, what a wonderful world
Yes, I think to myself, what a wonderful world

5:

At 3:05 a.m., Blogger julie70 said...

Ce matin, (et presque tous les jours depuis une semaine) je me suis réveillé aussi à penser à ceux de cette ville

 
At 7:42 a.m., Blogger Marie-Chantal said...

Oui, enfin l'armée a été envoyée, il était plus que temps. Mais combien de temps faudra-t-il avant que cette ville ne soit reconstruite? Que va-t-il arriver de tous ces réfugiés à Houston? Enfin, ça m'a rendue sensible à cette histoire d'être passée par là le 15 août, une ville si vivante...

 
At 11:52 a.m., Blogger Linda said...

Si tu me permets, Marie-Chantal, parce que j’y aie des amis, j’aimerais offrir ce qui est pour moi la plus belle des chansons, à tous ces hommes, femmes et enfants de Bagdad qui sont victimes de la tempête américaine Bush. Cette catastrophe dénaturée qui a aussi détruit la ville des mille et une nuits… toujours pas sur le chemin de la reconstruction après plus de 2 ans.

Quand les hommes vivront d'Amour

Quand les hommes vivront d'amour
Il n'y aura plus de misère
Et commenceront les beaux jours
Mais nous, nous serons morts mon frère

Quand les hommes vivront d'amour
Ce sera la paix sur la terre
Les soldats seront troubadours
Mais nous, nous serons morts mon frère

Dans la grande chaîne de la vie
Où il fallait que nous passions
Où il fallait que nous soyons
Nous aurons eu la mauvaise partie

Mais quand les hommes vivront d'amour
Qu'il n'y aura plus de misère
Peut-être songeront-ils un jour
À nous qui serons morts, mon frère

Nous qui aurons aux mauvais jours
Dans la haine et puis dans la guerre
Cherché la paix, cherché l'amour
Qu'ils connaîtront alors mon frère

Dans la grande chaîne de la vie
Pour qu'il y ait un meilleur temps
Il faut toujours quelques perdants
De la sagesse ici-bas c'est le prix

 
At 10:47 a.m., Anonymous sebastien chabot said...

Et tiens, pour tous ceux qui souffrent sur cette terre à cause de toutes les catastrophes naturelles ou autre, j'offre la Neuvième Symphonie, quatrième mouvement du grand Ludwig Van et je l'écoute pour me rappeler qu'il n'y a qu'une seule issue à l'humanité: la fraternité.

 
At 6:49 a.m., Blogger Marie-Chantal said...

Merci Linda, oui c'est une belle chanson que celle de Raymond Lévesque.

Sébastien : le mot est lancé: "fraternité". Ça donne du sens à la vie. Même Céline m'a étonnée... C'est pas dans mes habitudes.

 

Publier un commentaire

<< Home