lundi, juillet 25, 2005

On tourne en rond ou on crée?

"Plus on avance, plus c'est pareil" (m'a dire comme c'te gars)

Suis-je la seule à ressentir cette impression qu'on tourne en rond: la peinture, la littérature, la philosophie, voire les sciences (la médecine avance-t-elle à grands ou à petits pas? qu'y a-t-il de nouveau concernant l'exploration spatiale? la psychiatre est-elle encore une science du Moyen-Age? Comment réglons-nous les conflits internationaux par rapport au début du siècle dernier? Comment se fait-il qu'on arrive à peu près à zéro concernant les questions environnementales et les questions de sous-alimentation dans le monde? Désolée, ce sont les semptiternelles questions, mais pourquoi, justement, sont-elles sempiternelles?)

Les progrès en communication ont cependant été immenses depuis les quatre-vingts dernières années. L'art doit s'adapter, j'imagine.

M'est venue cette réflexion hier après la visite d'une expo d'aquarelles : rien de particulier, rien de revendicateur, rien d'apaisant. Juste quelconque. Et le monsieur est bien coté sur le marché international. Et que dire des records de ventes de ces peintures "Baie Saint-Paul", oeuvres qu'on achète parce qu'elles matchent avec la couleur des rideaux?

Le fameux "postmodernisme" - mot que plus personne ne peut supporter - a poussé la machine complètement au bout : que nous reste-t-il après déconstruction, après remise en cause de toutes vérités, après le constat de l'impossible originalité? Synthèse ? Retour au Moyen-Age, aux valeurs spirituelles?

Oui, bien sûr, je peux discuter sur Internet avec un Chinois, mais encore ?

6:

At 4:16 p.m., Blogger julie70 said...

bienvenu, retour momentanné à la maison? on revient, je crois à l'art qui veut dire quelque chose, j'espère au moins

 
At 5:42 p.m., Anonymous sebastien chabot said...

Comment, autrement dit, élargir la réalité aux dimensions de nos rêves?
As-tu remarquée que ce sont les écorché(e)s qui veulent encore que le monde évolue? Ce pourrait-il que ce soit le putain de confort qui soit le grand responsable de notre crasserie sans fond? D’un autre côté, si ce sont les écorchés qui rêvent de changer le monde, il serait primordial que ceux-ci arrivent à faire quelque chose entre deux doses de Prozaks, entre deux trois œuvres réussies? Les artistes, ces éternels incompris, ces éternels narcissiques parce qu’incompris, ne bougent pas non plus. Ils veulent du confort, ils aspirent à la reconnaissance qui leur procure du confort… Et dès lors, ils s’endorment. Michel Tremblay, cette plume prolifique n’a cessé de chanter sa blessure; mais que pensent-ils du monde? D’autres diront : «Mais il n’est pas obligé de donner son opinion, de faire un effort pour permettre au monde de faire un pas de plus vers l’avant!» Ils ont sûrement raison, mais qui peut l’aider ce monde? Je suis peut-être naïf, à tout le moins, je suis un indécrottable romantique, mais il me semble que l’un des rôles de l’artiste est encore de dénoncer les bassesses du quotidien, en produisant des œuvres, non pas de divertissement, mais d’écartèlement, qui force le récepteur à remettre en question sa vision du monde, et ainsi permettre à ce monde de s’humaniser (le rêve est peut-être ce qu’il y a de plus humain en nous…).
Encore une fois, les questions posées dans cette note sont pertinentes. Une chose cependant avant de te saluer bien bas : il ne faut JAMAIS céder au désespoir! Ma foi, en ce qu’elle a d’approximatif, tente toujours de s’appuyer sur cet impératif moral.

 
At 6:51 p.m., Blogger Marie-Chantal said...

Julie : bonjour ! Je ne suis pas très inspirée pour écrire ces temps-ci. Pas encore partie : voyage prévu finalement pour le 6 août, direction Miami, à moins qu'on annonce un ouragan.

L'art qui veut dire quelque chose: oui, celui qui ouvre les consciences, qui dénonce, qui met en relief l'humain en nous. Je suis presque assurée de ton accord à ce sujet.

 
At 6:59 p.m., Blogger Marie-Chantal said...

Sébastien : Aider le monde, pas facile. L'art aide à vivre, mais à qui s'adresse-t-il, donc, Sébastien? De plus en plus, l'art retourne aux mains d'une classe sociale qui n'est même pas en mesure de l'apprécier, ça fait "chic", c'est tout. Finalement, excuse-moi, c'est encore les gens aisés qui y ont accès, ceux qui sont les plus cultivés sont souvent les plus pauvres. Les gens en moyen achètent cette connaissance, et voilà, on est dans ce cercle vicieux d'un art qui ne peut plus s'exprimer librement.

Que reste-t-il d'un art humaniste, qui révèle la condition humaine, qui ouvre les consciences, qui pousse à l'action d'un changement?

 
At 5:54 p.m., Anonymous sebastien chabot said...

En effet, le constat n'est pas rose. Tu as raison de démonter aussi les rouages de l'institution artistique. J'aime surtout lorsque tu dis que l'art ne s'adresse qu'à ceux qui ont les moyens de le consommer, et par le fait même, se rempli de considérations monétaires qui n'ont rien à voir avec l'oeuvre. Néanmoins, permets-moi encore de signer à mon idéalisme: je rêve d'un monde, d'un Québec tiens!, où les artistes sont là pour occuper l'espace publique, pour mettre de l'avant leur posture intellectuelle. Comme chez les Grecs: le Siècle de Périclès. (Bon évidemment, ici, il y a nombre de nuances. La première et non la moindre concerne le statut de citoyen: seul les plus riches et les «gens libres» pouvaient espérer avoir ce statut...) Enfin, ce que je veux dire, c'est qu'en tant qu'artiste, on peut mobiliser un certains nombre de discours qui pourraient servir de grandes causes humanistes, justement. Pense à VLB. Il a fait une petite sortie contre les jeunes auteurs et la presse écrite s'est passionnée pour cette montée d'humeur de cet illustre citoyen des Trois-Pistoles. Au fond, pour redire, je crois que l'artiste travaille d'abord pour obtenir une reconnaisance et que par la suite, il devrait, profiter de cette reconnaisance pour aider sa société, celle qui l'a reconnu.
Salutations bien basses.

 
At 9:16 a.m., Anonymous Kastor said...

Ayayayaye! Qu'ajouter à cela!

Cela fait seulement quelques années que je n'arrive plus à voir d'intérêt dans les courants émergeants de la musique et l'art contemporain. Jusque-là, j'y trouvais mon compte, mes petits îlots de bonheur confidentiels. Et élitistes? Oui et alors? Le but n'était pas de faire marcher des multinationales de toute façon.

Depuis 3 ans à peu près, je ne trouve plus rien digne d'intérêt dans ces 2 champs en particulier, la musique et l'art contemporain. J'y trouvais de la subversion, des commentaires incisifs, des visions de la réalité originales,...

Aujourd'hui, j'ai dû baisser ma garde. Je dois revoir mes exigences à la baisse. En musique, écouter des choses bien peu significatives mais plutôt des choses jolies et sympas à écouter. En art, je cherche encore du sens mais surtout je fuis le surplus de théorisation qui ne laisse plus de place à la sensibilité et transforme les artistes en scientifiques.

Je crois personnellement qu'on traverse une mauvaise passe, un creux de la vague. Moi qui avait tout parié que le début du nouveau millénaire balayerait tout ce qu'on avait vu précédemment, je suis bien déçue, et comment!

 

Publier un commentaire

<< Home