mercredi, mai 18, 2005

La nature humaine est si contradictoire...

Après avoir visionné avec grand intérêt, lundi dernier, la reprise de l'émission d'Anne-Marie Dussault sur Radio-Québec - portant sur l'Amérique puritaine - je m'interroge encore une fois sur ce pays de constrastes que sont les États-Unis.

Mouvement pro-vie, croyants, la droite est aux trousses du gouvernement républicain; Bush joue la carte de la foi pour s'assurer des votes. Et je me demande comment il se fait qu'un pays, majoritairement peuplé de morons - à preuve, ils ont élu ce président - dirige le monde dans lequel nous vivons.

Nous sommes bien loin de la Cité utopique dirigée par des sages; il est plus que scandaleux qu'un homme aussi puissant évoque le nom de Dieu pour justifier des meurtres. In God we Trust.

La nature humaine est en soi remplie de contradictions. Je ne vous apprends rien ce matin; je ne vous parle seulement d'un pays ou la droite dirige, pendant qu'elle endosse toutes initiatives pornographiques lucratives au nom d'une soi-disant libre-entreprise.

D'un côté, la sexualité est devenue une véritable fixation depuis les années 1970. D'autre part, une loi américaine défend aux adolescents tout rapport sexuel avant l'âge de 16 ans dans certains états, avant 18 ans dans d'autres états. Sous menace d'un dossier criminel qui les suivra pendant 25 ans, peine encore plus grande qu'entraîne la conduite en état d'ébriété.

On parle du pays le plus démocratique au monde, pays qui fait pourtant sa loi dans les libertés individuelles qui n'ont aucune conséquence sur le bien-être collectif.

Il nous reste encore la liberté de critiquer. Jusqu'à aujourd'hui.

2:

At 2:05 a.m., Blogger julie70 said...

Nous sommes plein de contrastes, l'amérique aussi, heureusement. Il y a en nous, et dans ce pays magnifique aussi heureusement tout les sortes divers. Je ne crois pas que les "pour vie" gagneront, je crois qu'il y a trop des gens "pro choise" et ce n'est pas à cause de purinatisme, que finalement, ils n'ont pas réussi à descendre Clinton de "son trone" après le scandale, pourtant ils ont tout essayé pour le salir.

Moi, je garde confiance, malgré les problèmes passagères et des erreurs.

T'es rentré, n'est-ce pas?

 
At 3:56 a.m., Blogger Marie-Chantal said...

Non, faut donner aux Américains ce qu'ils ont : encore la liberté de parole. J'ai une collègue roumaine avec qui j'ai débattu de la question, et elle trouve que le Canada (près des É-U) est un jardin de roses.

Je ne suis pas encore partie, je pars en août !

 

Publier un commentaire

<< Home