dimanche, avril 10, 2005

Au lieu de publier, Jacques Lacan disait poublier: « J'écris, non pour me souvenir, mais pour oublier. » Un blog comme poubelle

Le souvenir, aux fins thérapeutiques, on le poublie/publie/oublie/poubelle pour s'en libérer, c'est le fondement de la psychanalyse qui a marqué le XXe siècle.

La psychanalyse n'a pas "livré la marchandise" tout à fait. Dans le traitement des névroses et des psychoses, son rôle est mineur. La médecine du "mental" piétine toujours au Moyen-Âge. C'est dire les limites de la psychanalyse.

Pourtant, dire le refoulé libère le surplus dans la marmite, surtout si le couvercle a été fermé hermétiquement. Dans ce sens, le blog peut-il servir de poubelle?- Question en aparté.

La psychanalyse à elle seule a entraîné un culte exagéré de l'égo. Nécessité oblige d'avoir un portrait reconstitué de notre biograhie pour avoir accès à du sens. Nous sommes tous en quête de sens. Est-ce le vaccum laissé par le balayage des valeurs religieuses ou par la mort de Dieu? La psychanalyse serait-elle devenue le nouvel "espoir tragique", attribué à la foi par Camus dans ses carnets? Espoir de guérison, espoir d'être qui nous voulons, espoir de trouver du sens, espoir d'une quelconque pérennité dans la supposée universalité de nos propos et de nos expériences?

Y croyez-vous vraiment, vous ? Croire en la psychanalyse ? Étrange, n'est-ce pas ? On ne demanderait jamais : "Croyez-vous à l'inhalothérapie?"... Ainsi, il y a un brin de foi dans la psychanalyse, cela ne lui confère donc plus le titre de "science". Elle m'apparaît plutôt aujourd'hui comme une pratique sectaire.

Publier, dire, c'est oublier? On n'oublie rien de rien, on s'habitue, c'est tout...

Dire, c'est surtout ne plus être seul.

1:

At 8:37 a.m., Blogger julie70 said...

j'adore : publier, c'est surtout ne pas etre seul! tellement vrai!

 

Publier un commentaire

<< Home